Enseignants

Francesca Manzari, co-responsable du master, maître de conférences en littérature comparée, chercheuse au Centre interdisciplinaire des littératures d’Aix-Marseille, équipe Transpositions. Spécialiste de la déconstruction et de French Theory, elle a travaillé sur les rapports entre l’œuvre de Derrida et la psychanalyse freudienne. Auteure de Écriture derridienne : entre langage des rêves et critique littéraire, Peter Lang, 2009, elle continue de travailler dans le même domaine des croisements entre théorie de la littérature et psychanalyse. Parmi ses articles les plus récents : « “Ce dont on ne peut parler” : Wittgenstein avec Lacan et La Coupe d’or de Henry James » (2021), « Lire les poètes avec Derrida » (2021), « Pour une théorie périphérique et/ou amoureuse : lectures d’Agamben, Derrida, Rancière » (2020).

Stéphane Lojkine, co-responsable du master LIPS, professeur de littérature française, chercheur au Centre interdisciplinaire des littératures d’Aix-Marseille, directeur de la Fédération CRISIS de la Maison de la recherche. Spécialiste de Diderot et des Lumières, il a créé à l’université d’Aix-Marseille le cours d’initiation à la French theory, auquel il collabore avec Francesca Manzari depuis 2012. Son travail de recherche se concentre sur la théorie des dispositifs, les dispositifs d’écran, le rôle et la logique de l’image dans la représentation, la fiction et la production de sens. En 2019, il a été visiting professor à l’université du Wisconsin, Madison. Stéphane Lojkine a écrit La Scène de roman, A. Colin, 2002 ; Image et subversion, Jacqueline Chambon, 2005 ; L’Œil révolté : Diderot,Salons, Jacqueline Chambon, 2007. Il est à l’origine de l’exposition Le Goût de Diderot, Montpellier et Lausanne, 2013-2014 (catalogue Hazan). Stéphane Lojkine assure régulièrement le cours d’agrégation de lettres sur la littérature des Lumières : Montesquieu, Diderot, Voltaire, Casanova, Rousseau… Il dirige le site Utpictura18.

Nicolas Guérin, maître de conférences en psychopathologie clinique et psychanalyse, directeur adjoint du Laboratoire de Psychologie Clinique, Psychopathologie et Psychanalyse, habilité à diriger des recherches. Spécialiste de Lacan, il s’intéresse à la question de l’interprétation psychanalytique et aux enjeux historiques et contemporains du récit de cas. Il réfléchit aux mutations actuelles de la théorie psychanalytique et à l’idéologie du déclin à laquelle elle est confrontée. Nicolas Guérin a collaboré aux publications suivantes : « Les frontières psychanalytiques du moi : Freud, Klein, Winnicott, Lacan » (L’Évolution psychiatrique, 2019) ; « The Lacanian Concept of Paranoia : an Historical Perspective » (Frontiers in Psychology, 2017) ; « Il n’y a pas de grandes personnes », Adolescence, 2016. Il est l’auteur de Logique et poétique de l’interprétation psychanalytique. Essai sur le sens blanc (Toulouse, Érès, 2019). Nicolas Guérin est également responsable du master « Psychanalyse et psychopathologie ».

Alexis Nuselovici (Nouss) est professeur en littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille après avoir longtemps enseigné à l’étranger. Membre de plusieurs équipes de recherche internationales, il dirige le groupe « Transpositions » au sein du Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille et est titulaire de la chaire « Exil et migrations » au Collège d’études mondiales (Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Paris). Parmi ses ouvrages : Plaidoyer pour un monde métis, Textuel, 2005 ; Paul Celan. Les lieux d’un déplacement, Éditions Bord de l’Eau, 2010 ; Pour une politique hors-sol (dir. avec A. Giovannoni), Kimé, 2017 ; La condition de l’exilé, Éditions de la MSH, 2018 [2015].

Joanny Moulin, professeur de philosophie et de littérature anglophone, membre de l’Institut d’Histoire de la Philosophie, est Membre senior de l’Institut Universitaire de France, président de la Biography Society, biographe (Darwin, Victoria, Elizabeth…) et auteur de divers ouvrages sur les poètes anglophones (Ted Hughes, Seamus Heaney, Derek Walcott, Robert Burns, W. B. Yeats, Louis MacNeice…) Dernier ouvrage en date : On Biography, Critical Essays (Honoré Champion, 2021), qui comprend une amble partie sur les implications de la déconstruction dans la théorie de la non-fiction. Sans intervenir dans les enseignements du master LIPS, il y encadre divers mémoires sur les rapports entre philosophie, poésie et psychanalyse.

Catherine Mazauric, professeure de littérature contemporaine d’expression française, directrice du Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille, y est chercheure au sein du groupe 19-21 et de l’axe Mobilités Interzone. Spécialiste des littératures francophones du Sud global, notamment d’Afrique subsaharienne, elle étudie, dans une perspective interdisciplinaire, les relations entre littérature et migrations, les écritures migrantes et diasporiques en contexte plurilingue. Membre du réseau international des chercheurs en didactique de la littérature, elle s’intéresse aussi aux interactions entre les lecteurs et les œuvres, à la lecture littéraire et à ses dimensions subjective et créative, sa théorie et son enseignement. C’est à ce titre que sans intervenir dans le Master LIPS, elle y encadre des mémoires portant sur ces questions. Autrice de Mobilités d’Afrique en Europe : récits et figures de l’aventure, 2012, elle a coordonné entre autres Le Texte du lecteur et Textes de lecteurs en formation, 2011, L’Algérie, traversées, 2018, Léonora Miano : Déranger les genres, 2019, et récemment contribué à Autobiographies de chercheur·se·s, lecteur·ce·s, scripteur·ice·s, 2020.

Marie Lenormand est maîtresse de conférences en psychopathologie clinique et psychanalyse, chercheuse au Laboratoire de Psychologie Clinique, Psychopathologie et Psychanalyse. Elle a tout d’abord travaillé sur la question de la cure de l’enfant, notamment la question du jeu et du dispositif de la cure. Depuis, son champ de recherche s’est élargi sur les questions de publication et d’écriture en psychanalyse. Elle prépare son HDR sur les enjeux épistémologiques, théoriques, cliniques de l’écriture des grands cas de psychanalyse d’enfant. Marie Lenormand a publié « The Importance of Not Being Ernest: An Archaeology of Child’s Play in Freud’s Writings (and Some Implications for Psychoanalytic Theory and Practice) » (International Journal of Psychoanalysis, 2019) et « Winnicott’s Theory of Playing : a Reconsideration » (International Journal of Psychoanalysis, 2018). Elle a collaboré à « Les frontières psychanalytiques du moi : Freud, Klein, Winnicott, Lacan » (L’Évolution psychiatrique, 2019) et co-dirigé l’ouvrage De l’inconscient à l’existence (PUP, 2014). Agrégée de philosophie, Marie Lenormand est également co-responsable du master « Psychanalyse et psychopathologie » et directrice du « Département de Psychologie Clinique ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search